L'église Saint-Pierre aux liens

Vue sur l'autel de l'église Saint-Pierre-aux-liens restauré

Vue sur l'autel de l'église Saint-Pierre-aux-liens restauré
L’église Saint Pierre aux liens, apparaît dans les textes en 1118 sous le nom de Saint-Félix qu’elle gardera longtemps.

C’est assez tardivement qu’elle est dédiée à St Pierre aux liens. Rappelons que Pierre deviendra le 1er Pape. Le Christ lui avait prédit : avant que le coq ne chante tu m’auras renié 3 fois. Pierre fut arrête par les romains, mis au cachot, puis enchaîné. Lors de son interrogatoire il répondit concernant Jésus : Je ne connais pas cet homme.

Un ange lui fut envoyé dans sa geôle et les chaînes tombèrent de ses mains. Pierre suivit l’ange pour sortir de la prison.

C’est une église fortifiée du XIème et XIIème siècle. L’église était fortifiée au XIVème siècle pour assurer la défense des habitants contre les bandes de pillards qui écumaient la règion au moment de la guerre de Cent ans. Des actes de l’an 990 mentionnent déjà la paroisse de Bassan.

Inscription datée dans l'église

Inscription datée dans l'église
L’édifice a été remanié à plusieurs reprises. L’abside polygonale, couverte d’une voûte en cul de four (Un sondage effectué sous le contrôle des services des monuments historiques permet de penser que la voûte en plein centre est en pierre, cependant on ne peut juger de la qualité du matériau ni de l’appareil) et la nef (de style roman est la partie la plus ancienne de l’édifice), voûtée en berceau, datent du XIIème siècle. Dans la nef, seules deux travées sur quatre sont équipées de fenêtres, placées haut sur le mur.

Ces ouvertures d’allure gothique, ont probablement été faites à une époque encore plus récente, tout comme la rosace occidentale. La façade occidentale a été profondément remaniée. Il semble que la première travée de la nef ait été supprimée et avec elle, le portail d’origine.

Les revenus de la paroisse étaient faibles et elle fut cédée au chapitre de St Nazaire qui faisait assurer le ministère par un desservant. La cuve renaissance que s’y trouve actuellement est l’ancien bénitier de l’église, récupéré dans une campagne où on l’avait abandonné. Aux XIVème et XVème siècles, on ajoute, du côté nord, les chapelles de Sainte-Anne et des fonds baptismaux qui possèdent une belle croisée d’ogives.

Dans les premiers jour de janvier 1865 sera baptisé dans cette église le plus célèbre de tous les Bassanais : le sculpteur Jacques Villeneuve fils d’un ramonet du village, élève d’Injalbert aux Beaux Arts à Paris, et qui obtiendra le second prix de l’Exposition Universelle de 1900 pour la statue représentant l’Art Industriel.

À l’extérieur, les arcs doubleaux de la nef sont contrebutés, par de puissants contreforts qui ont servi d’assise, au XIVème siècle, à la construction de mâchicoulis¹ destinés à fortifier l’édifice. Ils sont couverts par des croisées d’ogives massives.

Face à l’autel une pierre funéraire datée de 1188. Elle se trouvait dans le mur extérieur et a été encastré à cette place lors de la réflexion du contrefort. La tour clocher est peut-être de la même époque. Elle participe elle aussi au système de défense.

Sur le même côté sud que la chapelles des fonds baptismaux se trouve une autre chapelle avec un retable et une statue du Sacré-Cœur y ont été dressés vers la fin du XVIIème. Pour les raisons inconnues le sanctuaire a été reconstruit en 1834 sur les fondations primitives.

1mâchicoulis-Galerie en encorbellement au sommet des murailles médiévales et dont le plancher ajouré permettait de laisser tomber des projectiles pour battre le pied des murs.

Fonts baptismaux
Fonts baptismaux
Les Vitraux

Une belle rosace domine l’entrée côté sud-ouest.

Les vitraux modernes très colorés sont dus au maitre-verrier Gérard MILON.

Le vitrail principal qui éclaire la chapelle seigneuriale représente « la libération de Saint Pierre », saint patron de notre église.

Dans le chœur, dans la partie droite du chevet, une représentation symbolique de « la Transfiguration », à gauche « la Pêche Miraculeuse ». À droite de la Transfiguration, c’est « la Pentecôte » : des flammes venant du ciel se propagent sur la terre. Le motif d’en face suggère « le Mont des Oliviers » et « le Coq de St Pierre ».

Au-dessus des Fonts Baptismaux, représentation de « la Vigne » et en vis-à-vis figure « le Figuier » : thèmes bibliques symboles de la Paix et des messianiques.

La Restauration des peintures

Photo de la restauration des peintures

Photo de la restauration des peintures
La restauration des peintures de l’église Saint Pierre aux Liens de Bassan est un des rares exemples de chantiers de restauration d’œuvres religieuses peintes dans une église.

Ces restaurations ont été exécutées de mains de Maîtres en 2013 et ont durée 6 mois.

Quand on pénètre à l’intérieur de l’église le regard est attiré par le Christ avec l’alpha et l’oméga (le début et la fin) entouré de la Vierge Marie et de Saint Joseph situés au niveau élevé du cul de four. Sur le livre que tient le Christ bénissant est écrit : je suis le chemin et la vie.

Une inscription mentionne : Assis sur le trône il est agneau béni, honneur, gloire et puissance. Des chérubins complètent le décor du cul de four. Juste en avant se trouve la représentation de « des ‘ évangélistes, le 4ème est effacé

  • Le taureau pour Luc
  • L’homme pour Mattieu
  • L’aigle pour Jean
  • Le lion effacé pour Marc

échafaudage pour la restauration des peintures

échafaudage pour la restauration des peintures
À côté se trouve une représentation de la Sainte Table et de l’Arche d’Alliance.

Juste en dessous du Christ : Pierre dans son cachot les mains liées par des chaînes, puisque l’église lui est dédiée dans cette situation.

De par et d’autres des panneaux montrent :

  • Pierre et Jean avec la barque le filet de poissons et le Christ sur la rive
  • Le Christ remettant les clefs du Royaume à Pierre
  • Pierre guérissant le boiteux
  • Le Christ confiant le troupeau à Pierre

L’arc triomphal représente le Sermon sur la Montagne, Sermon où furent prononcées les béatitudes devant les apôtres et la foule rassemblée. Sous l’arc triomphal est écrit : Allez prêcher dans le monde entier l’Evangile à toute créature.

Peintre restaurant les peintures

Peintre restaurant les peintures
L’auteur des peintures n'est pas connu.

Toutefois une inscription sur le vêtement d’un apôtre mentionne ICARD P. Serait-il lié à des peintres parisiens du même nom ? On n’en est pas certain.

Aucun document n’a été retrouvé permettant de lier l’artiste à l’œuvre.

Le travail réalisé est remarquable par sa qualité tant au niveau des couleurs que de l’emploi de l’or.

Ces peintures réalisées à l’huile souffrirent de l’humidité par les infiltrations venues par la couverture et les ouvertures romanes latérales mais aussi par des mouvements structurels.

Des essais de remises en état furent effectués avec plus ou moins de bonheur. Finalement elles seront recouvertes d’un badigeon synthétique vers 1974.

Eglise Saint-Pierre aux liens avant et après la restauration

Eglise Saint-Pierre aux liens avant et après la restauration
En 2013, afin d’entreprendre la restauration des peintures, un échafaudage fut installé dans l’église pour permettre à un spécialiste agréé d’effectuer des sondages sous le badigeon et d'établir un rapport.

Ces travaux ont permis de trouver l’aspect de l’église au XIXème siècle.

Dans quel état les peintures ont-elles été retrouvées lors de la restauration : décollées de leur enduit à la chaux fixé au mur, écaillées, boursouflées, avec macro et et micro fissures, délavées, partiellement manquantes (cul de four, bords des ouvertures) Des masticages au plâtre et des formations de sels on été constatées ; cette période de travaux de plusieurs mois fut mise à profit pour réaliser des sondages sous la dalle pour trouver d’éventuels restes inhumés. Très peu ont été retrouvés.

Il est à remarquer la qualité du travail des restaurateurs: leur minutie, le soin avec lequel ils ont reconstitué les peintures délavées ou manquantes, les bordures des décors géométriques.

Les 14 stations du Chemin de Croix ont elles aussi été restaurées, ainsi que toutes les statues présentes.